mardi

Saint-Jean Baptiste - La fête tourne au drame pour vingt ressortissants québécois


Le 24 juin, ce qui devait être jour de fête nationale pour tous les Québécois, incluant ceux vivant en France, a viré au drame lorsque des policiers ont arrêté vingt ressortissants québécois qui festoyaient en chantant des classiques du répertoire québécois devant un foyer improvisé à Lyon. Ceux-ci devront comparaître devant la Cour pour répondre à des accusations de violation de la propriété intellectuelle, relativement aux chansons qui étaient chantées dans un rassemblement comptant plus de six personnes.

Joint par téléphone portable, l'un des accusés, M. Normand Tremblay, était furieux et n'a pas mâché ces mots : "Crisse, c'est quoi c'te gouvernement de Duplessis ? On a même pus le droit de faire le party en paix sans que les boeufs nous sautent dessus pour une torvisse de toune, ciboire !"

Cette nouvelle n'a pas tardé à faire écho à l'Assemblée nationale du Gouvernement du Québec, et à faire bondir le Premier-ministre Jean Charest qui prend l'affaire très au sérieux, car l'hymne québécois est soumis au droit de la propriété intellectuelle français depuis que la chanteuse française Céline Laffonte a enregistré un album consacré aux chant traditionnels de la francophonie.

La nouvelle a fait aussi écho au gouvernement français où le Président a déclaré "La loi, c'est la loi, même pour des chansons étrangères. Et de toute façon, je suis contre la souveraineté du Québec."

Parions que les relations pourraient devenir très tendues entre cousins.

1 commentaires:

Benoît Pruneau a dit…

Quel est l'hymne national du Québec ? Même Jean Charest n'en a pas la moindre idée...