vendredi

La CNIL est morte, vive le CNID !


25/07/08: il était temps ! La CNIL (Commission Nationale Informatique et Liberté), créée en 1978 suite au pseudo-scandale du projet SAFARI (Système Automatisé pour les Fichiers Administratifs et le Répertoire des Individus), qui visait à interconnecter les fichiers nominatifs de l’administration française, notamment par le biais du numéro INSEE (cela nous aurait pourtant bien aidé durant ces trente dernières années - trente années de perdues pour les vrais citoyens !), vient d'être dissoute ce jour par le Ministère de l'Intérieur, grâce au vote de la CUTC (loi de Contrôle des Utilisateurs de Technologies Communicantes - plus d'informations prochainement sur ce blog), qui lui donne pleins pouvoirs sur de nombreux sujets touchant le cœur de la sécurité nationale (un grand merci ici aux députés et sénateurs qui ont osé ce pas Historique, un spécial "thanks to Jack", il se reconnaîtra).

Pas question, pour autant, de laisser un vide, la nature en a une saine horreur, comme l'a joliment commenté le porte-parole de l'Élysée, suite à cette annonce bienveillante.

Le CNID lui succède : Comité National Informatique et Devoirs, qui aura fort à faire pour régenter le laxisme régnant sur la toile arachnéide mondiale, baptisée familièrement internet. Toile régentée, nous le savons tous, par les vendeurs de Viagra (dont nous recevons des centaines d'offre chaque jour sans en avoir aucun besoin, c'est désagréable), les pirates informatiques pillant impunément les œuvres artistiques mondiales, les terroristes libertaires ou fascistes, les libertaires libristes opposés à tout libre marché régulé par la saine compétitivité mondiale actuelle, pourtant fort dynamique, et les pédophiles, pirates libertaires libristes de la pire engeance.

Par son action préventive, mais aussi grâce à l'arsenal législatif heureusement promulgué par la loi HADOPI, son action juridique au pouvoir étendu au même titre que les tribunaux anti-terroristes des années 90, épaulé à chaque pas par la MSAO, le CNID saura relever le défi français : internet, oui, mais que l'interne reste net (un merveilleux slogan issu du refrain de la dernière chanson de la première Dame de France). Les gens sérieux vont enfin avoir les fichiers qu'ils méritent !

God save the CNID (and our président) !*

*ndlr : que nos assidus lecteurs nous pardonnent cet anglicisme barbare, mais il faut aussi savoir utiliser le langage des jeunes pour leur faire comprendre où est leur intérêt. Et comme le disent à juste titre nos voisins britanniques :
Nobody will keep fly with vinegar !

7 commentaires:

pierre-henry leduc a dit…

Ah, merci de l'info, ce n'est pas trop tôt. On va enfin pouvoir identifier et punir toute cette vermine qui pullule sur le Web, notamment tous les pirates qui téléchargent illégalement les oeuvres de nos artistes. J'espère qu'il en sera de même de tous ces fainéants qui critiquent les mesures nécessaires prises par le gouvernement et qui sapent le moral de la nation. Je rajouterais aussi toute cette engeance qui gaspille son temps dans des blogs au lieu de travailler.

fred a dit…

ENFIN !

la CNIL était bien la dernière barrière qui empèchait la FRANCE de développer enfin des start-ups d'envergure internationale ! Y'a plus qu'à gérer l'histoire des brevets logiciels et des droits d'auteurs.

Je voulais à ce sujet parler un peu de Knol de Google (où je suis l'heureux auteur d'un passionnant article sur notre président), qui permet de gagner rapidement de l'argent en faisant un simple copier-coller de Wikipedia ! Qui a dit que le libre ne permettait pas de gagner de l'argent ???

RévolT a dit…

Nan, ms c vrémen n'1porte koi ! Comen vs pouvé dir D sa ? LA CNIL éT le sel truc ki ns proTG contr le flicaj ! M1tnt, y pouron ns Spioné ss pb, c pa normal.

Vs trouV sa b1 kon vs priv de tte vi priV ??

pingouin sur la banquise rive gauche a dit…

Prendre parti pour la CNIL, avec un tel sous niveau d'éducation, originel des quartiers défavorisés - ... contr le flicaj ! - laisse soupçonner que ce "récolt" ne doit avoir que des activités saines et légales.

Pourriez-vous transmettre son adresse IP au commissariat le plus proche en vue d'un simple mais ferme contrôle ?

Toutes mes sincères et cordiales salutations bien distinguées, un honnête citoyen.

Anonyme a dit…

Révolt> Encore un qui a été privé d'éducation des sa plus tendre enfance...
Comment peux-tu parler de vie privée alors que tu n'es même pas foutu de t'exprimer dans un langage compréhensible ? Tu es sur internet, pas sur ton téléphone portable... les messages ne sont pas factures en fonction du nombre de caractères...
Et les correcteur orthographiques intégrés a ton navigateur c'est gratuit hein...
A bon entendeur...

révol T a dit…

Woaah ! Vs agrumenT tro mal, spa possibl d'etre ossi stupid.

Pinguoin commanse avec D atak ad hominem "un tel sous niveau d'éducation", "un tel sous niveau d'éducation", pui ne di rien dotre ke DnonC-le o keuf. Pas d'argumant, nada, rien, kedalle ! Apprené à dire D choz inteligentes avt de parler.

Anonyme, tu fé pa mieu : "Comment peux-tu parler de vie privée alors que tu n'es même pas foutu de t'exprimer dans un langage compréhensible ?" Ce truc, là, c'te phraz que t'a sorti : L é pa lojik ! Y'a auc1 rapor entr la vi priV et l'ortograf.

En +, pRson na répondu à ma kestion : vs trouV sa bi1 kon vs priv 2 tte vi priV ?

Balèz, les mecs. Esséyé encore.

JonQ a dit…

J'aimerai attirer l'attention des auteurs de ce site sur la requète très légitime de Mr Pinguoin (espèce charmante au demeurant, bien que de plus en plus recherchée et chassée afin de produire toujours plus d'OS).

Avec ce deuxième message de Mr jsui-revolT-ai-jcri-kom-1-dob, nous nous trouvons face à un cas flagrant de récidive, ce qui mérite, au bas mot, un séjour au bagne de quelques centaines d'années...

Ou mieux: pourquoi ne pas laisser le Comité Libéral d'Inspection du Territoire (section du CNID) l'utiliser comme cobaye? Par exemple: en le surveillant et en vérifiant qu'il ait bien fini ses devoirs d'ortographe avant d'aller regarder Bob l'éponge à la télévision?