mardi

Base élèves et Sconet fusionnent enfin !


M. Xavier Darcos, actuel ministre de l'éducation nationale l'a annoncé ce matin : la fusion de Base élèves et Sconet verra la création de Base Nationale Nouvelle Education (BANANE). Pour rappel, Base élèves est le programme de gestion des élèves de l'école primaire et Sconet, le programme de gestion des élèves du secondaire.
Les pouvoirs de Base Nationale Nouvelle Education seront étendus, et des croisements seront possible avec EDVIGE ou le fichier des délinquants Internet de la MSAO, dans un premier temps, grâce à l'interopérabilité des logiciels utilisés.
Dans un communiqué laconique, la CNIL a fait savoir qu'elle ne s'opposerait pas à cette création, malgré l'importance des modifications proposées par le Ministre. En effet, le champ "Nationalité", injustement décrié puis retiré, refait sa légitime apparition, et se voit conforté par les champs "langue parlée du père" et "langue parlée de la mère". Parmi les nouveaux champs intéressants, nous notons avec intérêt l'apparition de l'informatique :

  • possesseur de baladeur MP3
  • possesseur de téléphone portable
  • titulaire du B2i (Brevet Informatique et Internet)
Le croisement de ces trois champs sera sérieusement étudié par la MSAO, ce qui permettra, espérons-le, d'éradiquer le piratage numérique dès le plus jeune âge. En effet, des perquisitions surprises pourront être ainsi menées au domicile de ces élèves, afin de vérifier que les musiques ou sonneries téléphoniques contenues dans les appareils ne soient pas le fruit de piratages effectués grâce aux cours d'informatique dispensés par les professeurs de l'Education Nationale. En cas de fautes avérées, outre la privation de connexion internet du domicile prévue par la loi HADOPI, l'élève se verra destitué de son B2i, ce qui de facto entraînera une suppression du droit au BEPC pour les collégiens, et bientôt du BAC pour les lycéens.

Le ministère de l'éducation nationale envisage par ailleurs, de remettre à l'honneur le certificat de fin d'études primaires à l'issue du CM2 (cours moyen deuxième année, dernière classe de l'école primaire), y incluant le B2i école, afin d'en faire un examen d'entrée obligatoire en sixième de collège. Les plus jeunes fraudeurs se verraient ainsi exclus du collège, et il y aurait moins de délinquance dans les établissements publics, n'en doutons pas !

1 commentaires:

Pierre-Henry Leduc a dit…

Ah, si celà permettait de mieux réguler les sonneries de portables, d'un goût souvent douteux, qui agressent littéralement les oreilles des citoyens honnêtes. Il n'est que temps.